Kyste ovarien: Devriez-vous vous inquiéter?

Lorsque son médecin lui a annoncé qu’elle avait un kyste ovarien, l’écrivaine Rosemary Counter a craint le pire. Voici son histoire.

par Rosemary Counter

Kyste ovarien: Devriez-vous vous inquiéter?

Mes pieds reposaient dans les étriers, mes parties intimes exposées au grand jour. La technicienne en ultrasons complétait son examen après un test Pap de routine qui révélait que mon utérus était hypertrophié. Je la regardais prendre la mesure d’une tache sombre.

Je lui ai posé la question en retenant nerveusement mes larmes: «Qu’est-ce que c’est?». Elle pointa le doigt vers une affiche indiquant que le technicien ne répondait à aucune question. Lorsque les larmes ont commencé à couler le long de mes joues, à contrecœur, elle a demandé au médecin de venir. «Ne vous inquiétez pas, dit cette dernière, c’est seulement un kyste

Maintenant, j’en connais autant sur les kystes que sur l’eczéma: une affection assez courante et grave, mais dont je n’avais jamais eu à me préoccuper auparavant. En réalité, chez les femmes, un kyste peut se développer aussi facilement que des boutons; le kyste est une cavité remplie de liquide fluide qui peut se former n’importe où sur le corps. Mais contrairement au nez de clown qui est apparu sur votre nez le soir de votre bal de graduation, vous ne remarquerez jamais la présence d’un kyste de l’ovaire.

Techniquement, à chaque période d’ovulation, vous avez un kyste. Voici une brève leçon de biologie: l’œuf est enrobé dans un sac appelé follicule qui doit se briser pour libérer l’œuf. Mais si le follicule rate le signal hormonal, il ne s’ouvre pas; ou s’il se referme en emprisonnant du liquide, on est en présence d’un kyste fonctionnel.  «Ce processus est tout à fait normal et bénin», explique le docteur Jessica Shepherd, qui pratique l’obstétrique et la gynécologie à Louiseville au Kentucky. Comme les fibromyomes qui surviennent à l’improviste et sont une masse de tissu musculaire située dans l’utérus ou autour de ce dernier, le kyste de l’ovaire est généralement indolore et invisible. Il se dissout de lui-même en quelques jours.

Mais que se passe-t-il s’il ne disparaît pas? À 14 ans, ma cousine Michelle s’est réveillée une nuit, en proie à une douleur qu’elle n’avait jamais connue. Son père, croyant que l’appendice avait éclaté, l’a conduite aux urgences où, grâce aux ultrasons, on a trouvé plusieurs kystes de l’ovaire et dont un qui avait éclaté. C’est du moins l’histoire ce qu’elle raconte parce qu’elle était trop dans les vapes pour avoir des souvenirs précis. La douleur produite par un kyste qui éclate est semblable, d’après des femmes qui en ont fait la cruelle expérience, au passage d’une pierre aux reins.

«Il n’y a aucune raison plausible pour expliquer cette rupture. On a prescrit à Michelle la pilule contraceptive, une procédure normale dans ce cas, afin d’éliminer le processus d’ovulation et de gérer la formation et la croissance de nouveaux kystes. Au plan génétique, elle est sujette à développer des kystes et son système immunitaire est aussi en cause, mais il n’y a aucune raison évidente pour expliquer ce phénomène. Les anti-inflammatoires ou une compresse chaude peuvent soulager les douleurs passagères, qui ont l’effet d’une pression ou d’un gonflement de l’utérus à différentes périodes du cycle.», explique Jessica Shepherd.

Les autres types de kystes ovariens

Ces symptômes et les traitements concernent seulement les kystes fonctionnels: ce n’était pas ce que j’avais. «Les autres kystes ne sont pas non fonctionnels, mais ils ne sont simplement pas reliés à votre cycle menstruel», soutient Jessica Shepherd. Elle précise qu’il existe une demi-douzaine de types de kyste et de nombreux diagnostiques pour chacun. On retrouve notamment le cystadénome, un kyste rempli de liquide qui se forme à l’extérieur de l’ovaire; l’endométriome, surnommé kyste chocolaté en raison du sang foncé dont il est rempli; le kyste dermoïde, qui n’est pas causé par une fausse couche mais se forme dans des couches multiples de tissu embryonnaire et peut contenir des vestiges de peau, de cheveux et même des dents.

Les kystes et le cancer

Quatre-vingt-quinze pour cent des kystes sont bénins et à 26 ans, comme mes antécédents familiaux ne comportaient aucun cas de cancer de l’ovaire, j’avais relativement peu de chancre de contracter un cancer, mais le risque demeurait dans mon esprit. Et mes choix étaient restreints: une opération ou rien du tout. «Avec les kystes, nous sommes patients et nous suivons leur évolution, explique le docteur Sony Singh, directeur du département de gynécologie à effraction minimale à l’Hôpital d’Ottawa. S’ils mesurent plus de quatre ou cinq centimètres, et qu’ils grossissent ou causent des problèmes, nous les enlevons grâce à une chirurgie.» La décision a été facile à prendre: mon kyste était situé sur l’ovaire gauche et faisait neuf centimètres de diamètre, soit la taille d’une balle-molle, et je n’avais encore rien senti.

Chaque année au Canada, il se pratique plus de 21 000 ablations de kyste appelées kystectomie. Plusieurs médecins utilisent la chirurgie traditionnelle pour enlever les kystes. Mais, d’après Sony Singh, la majorité des interventions devraient se dérouler par laparoscopie, qui ne nécessite qu’une petite incision et une caméra miniature. 

C’est l’intervention que j’ai eue.  J’ai été endormie sous anesthésie générale, puis le médecin a utilisé du dioxyde de carbone pour gonfler l’intérieur de mon abdomen comme une tente, pour pouvoir travailler. «Nous coupons très délicatement la paroi du kyste pour le décoller de l’ovaire,» explique Jessica Shepherd, qui vient de terminer des études universitaires avancées en laparoscopie.

Mon passage sur la table d’opération a duré une heure, plus deux heures pour reprendre mes sens. Ils ont effectué immédiatement une biopsie du kyste qui s’est avéré bénin, fort heureusement. Je pouvais me détendre. J’avais un peu mal au ventre à cause du gaz qui m’avait gonflé l’abdomen, mais j’étais totalement sur pieds quelques jours après.

J’ai eu cette intervention il y a presque un an maintenant. La mini cicatrice sur mon ventre s’estompe peu à peu et mes ovaires fonctionnent normalement. Mais dorénavant, je demanderai toujours un examen aux ultrasons en même temps que le test Pap. Et si on découvre un autre kyste, je sais que je n’aurai plus aucune raison de pleurer.

Tiré de: Best Health Magazine, Septembre 2011

Évaluation: 3.7 (21 votes)