Ce que vous devez savoir sur les fibromes utérins

Ces tumeurs bénignes sont fréquentes, mais peuvent causer des douleurs abdominales, de la pression ou d'autres complications.

Ce que vous devez savoir sur les fibromes utérins

Gillian Baker avait été aux prises avec une variété de problèmes de santé depuis de nombreuses années sans savoir pourquoi. «J'ai connu de folles périodes menstruelles, des ballonnements, des crampes, des émotions irrationnelles, c'était l'enfer dans mon corps», dit l’enseignante de 2e année de 38 ans de London, en Ontario. Elle a fait plusieurs visites à la salle d'urgence pour des saignements excessifs. Il y a quatre ans, on lui a dit qu'elle avait des fibromes utérins, mais même avec ce diagnostic, les médecins avaient du mal à contrôler ses symptômes.

Ses règles étaient si abondantes à certains moments qu'elle avait besoin de perfusions de fer et de vitamine B12. Gillian s’est souvent sentie épuisée et a dû s'absenter du travail. Un jour fatidique de l'été 2010, son saignement est devenu une hémorragie dangereuse: elle est allée à l'hôpital où, en trois jours, elle a eu besoin de deux transfusions sanguines. «Ils ont tout essayé. Mon corps a commencé à défaillir. J'en étais presque à devoir subir une hystérectomie», dit-elle, qui est célibataire, mais espère devenir enceinte d’un donneur. «Mon gynécologue a dit: «Nous avons fait tout ce que nous pouvions». «Même si je voulais un enfant, j’étais d'accord.»

C'est alors que le Dr George Vilos, chirurgien au St-Joseph’s Health Care de London, a été appelé en consultation. Ce professeur d'obstétrique et de gynécologie à la Schulich School of Medicine & Dentistry de l'Université de Western Ontario souhaite réduire le nombre d'hystérectomies pour traiter les fibromes utérins et d'autres maladies. Il dit à Gillian: «Je ne vous laisserai pas subir une hystérectomie à 36 ans.»

En août 2010, elle a subi une intervention d'une heure appelée myomectomie hystéroscopique, une chirurgie qui enlève les fibromes par morceaux tout en gardant l'utérus intact. Gillian a maintenant une chance d'avoir un bébé, croit-elle. Et ses menstruations sont tout à fait normales. «Je suis très heureuse.»

Que sont les fibromes utérins?

Ces tumeurs bénignes sont très fréquentes et la plupart des femmes qui en souffrent ne le savent même pas. Les fibromes utérins sont constitués de muscles lisses de la paroi de l'utérus. En général, ils apparaissent dans la vingtaine ou la trentaine. «Si vous examinez attentivement, vous trouverez une forme ou une autre de fibromes chez 70 % des femmes», explique la Dre Guylaine Lefebvre, chef de l'obstétrique et de gynécologie à l'Hôpital St-Michael de Toronto.
La plupart du temps, ils ne causent pas de problèmes, mais environ 30 % des femmes avec des fibromes sont affectées de symptômes, tels que des saignements menstruels abondants, des douleurs abdominales, de la pression dans l'abdomen et des problèmes de vessie. Dans de rares cas, ils peuvent entraîner des problèmes liés à la fertilité et la grossesse.

«Pour les fibromes comme dans l'immobilier, l’important est l'emplacement», affirme M. Lefebvre, un ancien président de la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada. Ils se fixent sur la paroi utérine et peuvent exercer une pression vers l'extérieur, sur les autres organes ou croître vers l'intérieur, vers l'intérieur de l'utérus ou de rester dans la paroi utérine. Si elles poussent vers l'extérieur de l'utérus, elles ne présentent généralement pas de problèmes à moins qu'ils n’appuient sur des organes et des tissus. Si elles poussent vers l'intérieur de l'utérus, c'est une autre histoire. Ils peuvent entraîner des règles abondantes en déformant et en élargissant la cavité utérine, et ils peuvent aussi causer l'infertilité et des fausses couches. Les fibromes dans la paroi utérine ne causent aucun symptôme ou, alors, ils finissent par empiéter sur l'utérus comme ceux qui croissent vers l’intérieur.

Où qu'ils se trouvent dans l'utérus, les fibromes peuvent se développer rapidement en taille et en nombre. Ils vont généralement de la taille d'un pois jusqu'à celle d'un pamplemousse, mais Lefebvre a retiré des fibromes de la taille d’un nouveau-né, c'est-à-dire de 2,5 kg à 3 kg (6 lb à 7 lb). En moyenne, cependant, les fibromes qui nécessitent une intervention chirurgicale pèsent environ 250 g (½ lb). Une fois, elle a en a retiré 55 d'un seul utérus.

Vous pouvez être génétiquement programmé pour développer ces tumeurs, dit la docteure. «Si votre mère a eu des fibromes, vous êtes plus susceptible d’en développer, mais beaucoup de femmes en ont dont les mères n’en ont jamais eues». Et ils sont plus fréquents chez les femmes noires et caucasiennes que dans celles d'origine asiatique. Si vous êtes obèse, vous êtes également plus susceptible de développer des fibromes.

La grossesse peut réduire le risque de fibromes, car un foetus en croissance draine le sang loin des fibromes. «L'accouchement est un prédateur des fibromes. Pour chaque grossesse d’une femme, son risque de fibromes chute de 20 %», dit le Dr George Vilos.

Dans de rares cas, environ un sur 10 000 femmes admises à l'hôpital avec des symptômes graves, ce qui semble être un fibrome se révèle être un sarcome utérin, une tumeur maligne. Ce cancer cause des saignements et de la douleur et se développe rapidement. Après la ménopause, les fibromes diminuent en taille et ne causent généralement pas de problèmes, de sorte «que si une masse utérine, accompagnée de saignements et de douleur, est soudainement détectée chez une femme ménopausée, nous nous inquiétons», affirme Dre Lefebvre.

Les options de traitement

L'obésité est un facteur de risque pour les fibromes de sorte que mis à part le maintien d'un poids santé, il n’existe pas de mesures telles que des remèdes nutritionnels à prendre pour prévenir ou guérir les fibromes. Le traitement dépend de vos symptômes, de votre âge, de votre envie et du moment où vous voulez devenir enceinte, la taille et l'emplacement des fibromes et de la gamme de traitements disponibles où vous habitez. Voici les options:

Mirena DIU

Cette méthode de régulation des naissances retarde la croissance des fibromes et pourrait même les réduire, dit Vilos. Il peut être efficace dans la lutte contre le saignement menstruel et les crampes. Le DIU est arrêté au bout de cinq ans, alors vous pouvez concevoir, si les fibromes n’entravent pas votre fertilité.

La myomectomie

C’est l'ablation chirurgicale des fibromes tout en laissant l'utérus intact. Si les fibromes croissent vers l'intérieur de la cavité utérine, ils sont enlevés par le col (hystéroscopie). S’ils sont vers l'extérieur de l'utérus, une petite incision est faite sur l'abdomen et le fibrome est retiré par laparoscopie. Si nécessaire, un instrument appelé morcellateur découpe le fibrome en morceaux, qui peuvent ensuite être éliminés par de petites incisions. Le robot chirurgical Da Vinci, une percée en matière de myomectomie et maintenant disponible à Toronto, London et Montréal, est encore plus précis et moins invasif. Le DA Vinci n’a besoin que d’une très petite incision et permet une récupération plus rapide aux patientes subissant une myomectomie.

L'embolisation

Il s’agit d’interrompre l’alimentation en sang vers du fibrome pour en réduire la taille jusqu'à 50 % plutôt que de le supprimer. Un tube est inséré, par l’aine, dans l'artère fémorale qui conduit à l'utérus. De minuscules sphères en plastique sont injectées dans le tube et ils font leur chemin jusqu’au fibrome pour bloquer l'approvisionnement sanguin. Il y a un inconvénient: les sphères restent dans le fibrome à jamais. Le laboratoire du Dr Vilos, à London, teste un nouveau matériau, le Gelfoam, qui est absorbé par le corps. Qui plus est, cette intervention semble moins douloureuse.

Hystérectomie

L’ablation complète de l'utérus est une solution définitive, pour les femmes qui ne veulent plus d’enfants ou n’en veulent pas. La technique de l’hystérectomie s’est améliorée, dit le Dr Vilos. «Nous pouvons maintenant recommander une hystérectomie, relativement peu invasive à l’aide du laparoscope et éviter de faire de longues incisions.»

Tiré de: Best Health Magazine, décembre 2012. Crédit photo: Stockbyte

Évaluation: 1 (1 vote)