J’ai testé la détox à base de jus

Une cure détox à base de jus peut-elle vraiment purifier votre corps et lui fournir un surplus d'énergie en éliminant les toxines? C'est ce que je m'apprête à découvrir.

Par Katharine Watts

J’ai testé la détox à base de jus

Je ne suis jamais au régime. En fait, je mange beaucoup. Lorsque je ne suis pas occupée à écrire ou à lire, je suis alors en train de cuisiner, de grignoter ou de commander un repas.

Manger ne devrait-il pas être un plaisir?

C'est en tout cas une obsession chez moi, et cela est apparu évident jeudi dernier alors que je ne pouvais pas manger à ma faim.

Dans le cadre d'une cure détox à base de jus, durant 24 heures, à partir de mercredi 22 h, je devais me limiter à cinq jus biologiques frais, du lait de noix de cajou et une petite salade.

À quoi bon la purification du corps?

Partout, les gens font l'éloge des vertus de la purification du corps par les jus bio. Sur les blogues que je visite, ils ne parlent que de ses bienfaits.

Plusieurs artistes connus ne jurent que par cette pratique (Gwyneth Paltrow, par exemple, parle de ses bienfaits sur son site Web, Goop).

On parle de bienfaits apparemment incroyables. Dans mon cas, j'ai choisi l'un de mes restaurants préférés pour faire une cure, le Live Organic Raw, à Toronto. Selon la brochure qu'on m'a remise, voici ce à quoi vous pouvez vous attendre d'une cure de jus bio: votre corps aura plus d'énergie, votre peau deviendra soyeuse et d'apparence jeune, vous aurez les idées claires, vous vous sentirez rajeuni et optimiste quant à l'avenir.

Tout ce battage médiatique mêlé au fait que j'adore les aliments crus a suffi à me convaincre de tenter l'expérience.

On dit que le plus difficile de cette détox, c'est le premier jour. J'aurai probablement dû songer à cela avant de décider de faire une cure d'un jour.

Je me rends compte après coup combien ça a été dur.

Au lieu d'entamer la journée en buvant ma boisson fouettée habituelle, je devais me contenter d'une sorte d'élixir, c'est-à-dire une solution buvable d'aloès, d'herbes de blé ou de chlorophylle. Le jus ressemble à de l'eau de marais, mais il a un goût étonnamment bon.

En route vers le boulot à vélo, je passe devant mon petit café préféré. La tentation de m'y arrêter m'envahit, mais je résiste et poursuis mon chemin. À mon arrivée, je me sers un jus rafraîchissant composé de céleris, de laitue romaine, de bette à cardes, de concombres, de persil, de pommes et de citron. À première vue, la recette n'a rien d'appétissant, mais je peux vous dire honnêtement que cette boisson bio me donne plus d'énergie que la caféine.

La matinée s'est déroulée sans accroc. Au dîner, j'y suis allée d'un autre jus pour apaiser les gargouillements de mon estomac.

Deux heures plus tard, je me suis servie le plus sucré des jus de la cure et celui que je préfère. Il est fait d'ananas, de pommes, de fenouils, de céleris et de citron.

«Je peux y arriver, je me sens bien», me suis-je dit.

C'est à ce moment-là que j'ai commencé à avoir vraiment faim.

Tant que je buvais un jus toutes les deux heures, ça pouvait aller, mais je ressentais toujours l'envie de manger des aliments étrangers à mon régime habituel comme la pizza, le macaroni au fromage, les frites et d'autres aliments gras nuisibles à la santé. La fringale était si forte que j'ai appelé mon copain pour lui dire que j'avais besoin de manger des nachos sur le champ!

Je ne me mets jamais au régime, par contre, je suis végétalienne, autrement dit, je ne consomme pas de viandes ou de sous-produits animaux. Mon régime est composé de fruits et légumes, de grains entiers, de haricots et de légumineuses. Ce n'est pas un style de vie restrictif pour moi, car j'adore faire preuve de créativité culinaire. De plus, les restaurants végétariens et végétaliens abondent à Toronto.

Ensuite, j'ai commencé à me sentir privée de nourriture et à envier ce que mangeaient les autres autour de moi.

Pour apaiser ma faim, je me suis servi un nectar de noix de coco et de citron, ce qui m'a permis de libérer mon esprit de la tentation de manger.

Le moment le plus dur est survenu en fin d'après-midi. Je ne cessais de penser à mon carré de chocolat noir que j'ai l'habitude de déguster tous les jours vers 15 h. Je me suis même mise à rêvasser: je me voyais dans un univers fait de chocolat me baignant dans une fontaine de chocolat. Pas la peine de vous dire que cela n'arrangeait pas les choses. Tout à coup, je n'ai eu qu'une idée en tête: me rendre au plus vite à la maison pour dévorer la salade prévue au menu de la journée, c'était le seul «repas solide» auquel j'avais droit durant la cure.

En fin de compte, je me suis plutôt servi un jus de carotte, de betterave, de gingembre et de citron. Malgré son goût un peu terreux, le jus était délicieux et il m'a fourni l'énergie nécessaire pour pédaler jusqu'à la maison.

Je n'ai jamais éprouvé tant de joie à l'idée de manger une salade. Celle-ci était composée d'un mélange de légumes-feuilles, de chou fourrager, de tomates, de carottes, de concombres, de radicelles et de pâte de sésame et de tournesol.

J'ai attendu un certain temps avant de me servir le dernier jus de la journée, un mélange de lait de noix de cajou, de gousses de vanille, de dates et de cannelle. Ce jus crémeux ressemble à un dessert et constitue le «repas» le plus consistant de la détox. Malgré cela, la faim me tenaillait toujours et devenait insupportable. «Je n'y arriverai pas, me disais-je. J'ai trop faim!»

Heureusement, mon expérience de 24 heures prenait bientôt fin. Durant une cure de 36 heures, les gens terminent habituellement la journée par un jus et un thé avant d'aller se coucher. Cependant, puisque ma cure ne durait que 24 heures, j'avais déjà prévu de me faire livrer dès 22 h une délicieuse pizza bien chaude!

Bien entendu, ce n'était pas une pizza ordinaire à pâte blanche, bourrée de fromage et de viande, puisque je suis végétalienne (je suis persuadée qu'un tel mélange d'ingrédients a de quoi provoquer un infarctus après une telle journée!). J'ai plutôt commandé une pizza végétalienne à la farine d'épeautre biologique garnie de légumes.

Habituellement, après une cure de jus de bio, je suis censée reprendre mon régime alimentaire en y allant doucement, mais à vrai dire, j'ai littéralement englouti la pizza.

Hormis les fringales, j'ai bien aimé les jus bio et j'ai beaucoup appris sur mon attitude vis-à-vis de la nourriture et de mes habitudes alimentaires.

Concernant ses bienfaits: j'avais plus d'énergie que d'habitude parce que mon corps était bien hydraté.

J'ignore si je pourrais m'y faire, mais j'ai appris certaines choses de la cure de jus bio:

• Je ne m'hydrate pas assez au cours d'une journée. La cure m'a permis d'éviter la fatigue liée au manque d'hydratation.

• Boire du jus bio régulièrement est un excellent moyen de combler une carence en certains éléments nutritifs. Je compte bien intégrer cette saine habitude dans mon régime alimentaire.

• Les jus bio fournissent plus d'énergie que la caféine.

• Je crois qu'une cure d'aliments crus me conviendrait mieux.

• Une pizza végétalienne, c'est vraiment bon quand on a faim!

Évaluation: 3.2 (41 votes)